(RETOUR DERNIERES NOUVELLES)

 

 

La Navy, le Père Gunam, ATAV

 

 

JUILLET

 

 

 

 

Ä Suivi en images : Reconstruction de 3 maisons Ã

 

Ä Carte régionale : nos Lieux d’actions Ã

 

 

 

 

 

30 juillet

 

Départ vers Colombo avec les enfants de l’école de GOPALAPURAM.

Notre rencontre avec le principal de cette école et avec les familles sélectionnées par le Révérend CHANDRERATANA, ne pouvait nous laisser indifférents : nous avons décidé d’organiser le transport de ces familles vers Colombo avec 2 de leurs instituteurs.

Location du bus, repas, achat d’un sac de voyage pour chaque famille, visite de l’orphelinat d’éléphant au retour sur Trincomalee.

Nous ferons le voyage aller avec ces familles et nous les accompagnerons lors de la cérémonie officielle organisée en leur faveur. 

 

Ce départ coïncide avec notre obligation d’aller à Colombo pour le dédouanage des kits scolaires envoyés par la Croix Rouge Française Maisons-Alfort/Alfortville.

 

 

 

29 juillet

 

Pour la 6ème maison, pose de la première pierre.

Durant cette cérémonie, nous avons rencontré une association qui à le projet d’aider les enfants à se réconcilier avec la mer. Elle organise dans des piscines, avec des personnes formées sur place, des séances de natation. Le nom de cette association est SWIM LANKA.

 

 

 

28 juillet

 

Visite des chantiers en cours.

 

 

 

Visite de notre petit voisin malade de la polio et pour qui nous avons rapporté de France un fauteuil roulant.

 

Nous remercions pour ce fauteuil :

les parents d’Alain qui nous ont mis en relation avec la directrice de la maison de retraite de Pompadour ;

la directrice de la maison de retraite de Pompadour qui a accepté de faire don d’un fauteuil ;

Jean Michel PEFFER, membre bienfaiteur de notre association, qui a assuré l’acheminement du fauteuil de la gare à l’aéroport de Roissy.

 

 

 

27 juillet

 

Contact avec le principal de l’école de Gopalapuram, par l’intermédiaire du Commandant Serasinghe.

Dans cette école, 6 enfants ont été sélectionnés par le révérend CHANDRERATANA du Centre Bouddhiste International du Bourget (Seine Saint Denis).

Victimes malheureuses du Tsunami, ces enfants ont perdu un de leur deux parents. Le Révérend a choisi plus de 250 enfants dans la même situation dans tout le Sri Lanka afin des les aider dans leur vie future et leur scolarisation.

 

 

 

26 juillet

 

Pour la 5ème maison, pose de la première pierre

 

Les dossiers de famille continuent d’arriver.

Notre choix s’arrête toujours pour des familles avec enfants, la situation dans leurs maisons temporaires étant souvent très précaire.

 

 

 

25 juillet

 

Journée distribution chaussures

 

Considérant le volume de cartons que nous avions à livrer et la distance éloignée de l’école de  KUMPURUPITTY, nous avons décidé de louer un petit camion pour faire la distribution.

 

Nous savions par l’école que la distribution allait être organisée. Au mois d’août, une partie des écoles seront en vacances et les plus grands passeront des examens de contrôle continu.

 

Sur la route, peu avant notre arrivée au camp, crevaison d’un pneu.

 

Nous n’étions pas courant qu’une distribution officielle allait être organisée le même jour à 16h30 par les responsables du camp (GS représentant d’un village ou d’un quartier auprès du Divisional Secretary). Nous savons par expérience que c’est une organisation importante qui perturbe fortement la vie de ses habitants.

Nous n’avions pas souhaité de distribution officielle, ce choix incombait aux responsables du camp.

 

Le même travail est organisé quotidiennement pour la distribution de denrée alimentaires, c’est éprouvant pour les responsables.

 

Connaissant leurs difficultés nous avons profité d’un discours pour leur annoncé notre intention d’acheter pour le Comité du camp un TUK TUK d’occasion.

Pourquoi ? Beaucoup de démarches sont faites par les responsables eux mêmes ; ils doivent se déplacer très souvent, coincés entre Nilaveli (3 km) et Trincomalee (7 km), et ne possèdent que des vélos ou mobylettes. D’autre part au niveau de la sécurité des personnes, aucun moyen de communication n’existe sur le camp ; en cas d’accident ou de maladie grave, ils doivent attendre sur le bord de la route pour un éventuel moyen de transport.

Ce véhicule servira éventuellement à conduire des enfants dans les écoles les plus éloignées.

  

1) Chargement du camion     2) Arrivée à l’école

avec le Principal de l’école

  

1) Distribution aux élèves     2) Remerciements après la distribution

 

 

Ramassage scolaire : nous n’abandonnons pas notre idée pour les enfants des camps les plus éloignés des écoles situés dans le champ de nos actions. Nous étudions la faisabilité et le financement du projet (bus de 20 places et salaires de 3 personnes à temps partiel).

 

 

 

22 juillet

 

Nous en sommes maintenant à 6 familles sélectionnées.

En effet durant ces derniers jours, Sylvain a visité 2 familles supplémentaires.

La totalité des documents n’était pas encore réunie. A présent c’est chose faite : les travaux pour la jeune famille orpheline de père et de mère (2 filles et 2 garçons) vont pouvoir commencer demain 23 juillet 2005.

Pour l’autre famille sélectionnée, la première pierre sera posée samedi 30 juillet entre 11h30 et 13h00 afin de respecter leur tradition, et les travaux commencerons immédiatement.

 

Lundi 25 juillet, nous devrions livrer les chaussures et les jouets au camp de réfugiés de THAMARYKKULAM.

Nous avons choisi de louer un petit camion afin de pouvoir livrer d’autre paires de chaussures à une école de KUMPURU

 

 

 

21 juillet

 

Retour d’Alain à Trincomalee.

Les kits scolaires envoyés par l’intermédiaire de la Croix Rouge Française Maisons-Alfort/Alfortville devraient bientôt arrivés de France.

 

 

 

19,20 juillet

 

La Sœur Arul Marie Ravel, commence à prendre des cours d’informatique.

 

Il est toujours difficile d’essayer d’être à l’écoute des problèmes que rencontre les sinistrés vivant dans les camps.

pour certains, comme Anvéa, un certain raz le bol commence à s’installer : tellement de personnes et d’ONG sont venues les voir, en leur promettant, promettant…

Concernant la reconstruction de leurs habitats, une association japonaise devrait financer la reconstruction… Mais dans 6 mois. Cette ONG n’a pas  encore de terrain clairement défini…

 

Beaucoup de chefs de famille dans ce camp survivent avec des petits boulots. La plupart étaient pêcheurs, certains ne veulent plus reprendre la mer.

Anvéa connaît le champs de nos actions, et la taille de notre association.

Nous ne pouvons apporter que peu d’aide à cette communauté : achat de chaussures pour les enfants, jouets pour la salle commune.

 

Camp de réfugies de THAMARYKKULAM avant Nilaveli

 

Achat de chaussures et jouets collectifs pour le camp de réfugiés THAMARYKKULAM  avant Nilaveli.

Nos achats sont toujours effectués à Trincomalee, en essayant de faire travailler plusieurs boutiques.

Nous expliquons toujours cette démarche aux propriétaires ou gérants.

 

32 paires de sandales fermées pour les enfants en bas âge (entre quatre et six ans).

50 paires de chaussures d’écoles blanches pour les filles

75 paires de chaussures d’écoles noires pour les garçons

 

Depuis l’arrivée des fonds de la Croix Rouge Maisons-Alfort/Alfortville (1500 euros) ont été acheté :

614 paires de chaussures et tongs

160 paires de chaussettes

 

Autre exemple :

Avec un don de 80 euros nous avons pu acheté les jouets suivants :

 

8 sets complets de Badmington

20 cordes à sauter

8 jeux de constructions (pour les petits)

1 set complet de Volley Ball

2 ballons

6 sets complets de Criquet

20 boites de crayons pastels

3 Caramboles (4 joueurs)

 

         

1) – 2) – 3)  Jouets distribués aux enfants

 

Nous avons l’idée de créer un ramassage scolaire pour les enfants des camps.

Cela demande des fonds et nous ne pouvons nous engager sans avoir réellement la garantie de pouvoir mener à terme une telle action. Cela permettrait aussi de créer 2 ou 3 emplois temporaires pour l’accompagnement des enfants. Chaque jour, pour se rendre à leur école, certains enfants font plusieurs kilomètres à pied.

 

Alain est dans l’avion, en retour vers le Sri Lanka. Il a profité de son passage à Paris pour transmettre la première évaluation du projet à nos différents partenaires ainsi qu’une présentation en images de nos multiples actions sur le terrain.

 

 

 

18 juillet

 

Visites des chantiers : les travaux avancent malgré la crainte de certains ouvriers face à la situation tendue dans la région.

 

Visites de nouvelles familles avec le Lieutenant Commander Gamage de la base navale de Nilaveli.

 

Nous nous attarderons sur une famille qui nous à vraiment touché :

nous avons rencontré une jeune fille de 23 ans, sans profession, qui a la charge de sa petite sœur ainsi que de ses deux  frères ; ils sont pour l’instant réfugiée chez  leur oncle. Lors du Tsunami, ils ont perdu leur mère ; leur père était déjà décédé auparavant. Leur oncle, dans un acte de générosité, leur à fait donation d’un terrain où elle pourra grâce à notre aide financière avoir un nouveau toit. Nous suivrons de près cette famille.

 

 

 

14 juillet

 

Ce matin visite des chantiers de constructions, pour voir l’avancées des travaux

 

 

puits en construction

 

Les problèmes de ces jours derniers ont retardé les travaux ; une partie des matériaux a pu être livré.

 

L’achat des chaussures pour le camp près de Nilaveli, a été différé, suite aux différents « hartals » des jours passés.

 

 

 

11,12,13 juillet

 

En ce moment, nous sommes confrontés à de nombreux troubles civils freinant un peu nos actions : les « hartals » fréquents ralentissent le travail de la reconstruction.

Le transport matériel est aussi interrompu.

L'hartal d'un jour cause une perte de trois jours de fonctionnement dû aux interruptions de la provision.

 

Le coût du travail a doublé : aujourd'hui le salaire journalier d'un ouvrier est Rs.1,200.

La compétition entre les ONG qui ont pris part à la reconstruction est une des raisons de l’augmentation des coûts du travail.

 

 

 

08, 09, 10 juillet

 

Une délégation Française était en mission d’exploration au Sri Lanka, notamment à Trincomalee du 08 au 10 juillet 2005.

 

Parmi elle se trouvait des représentantes du Conseil Général du Val de Marne :

la Chargée de Mission aux Relations Internationales et un médecin expert.

 

Après leurs divers rendez vous avec les autorités locales, nous avons visité quelques camps habités et en cours de construction

de TRINCOMALEE à KUCHCHAVELI (District Secretary de Nilaveli).

 

  

1) Entrée d’un camp de transit   -   2) Constructions en cours

 

Ensuite, avec les représentantes du Conseil Général du Val de Marne, nous nous sommes rendus à l’hôpital de Trincomalee.

Il existe différents types de structures médicales ou paramédicales au Sri Lanka

et il était important pour les représentantes d’en visiter au moins une

(le dimanche, beaucoup de ces structures sont fermées).

 

 

08 juillet

 

Cérémonie de la pose de la première pierre

 

Cette cérémonie a failli ne pas avoir lieu : un « Hartal », grève surprise, s’est déclaré le matin même.

Barrage de manifestants (photo ci-contre) et impossibilité de nous rendre à Nilaveli.

Nous n’avons pas renoncé : nous avons téléphoné au Lieutenant Commander en charge du suivi de notre projet de reconstruction.  

Entre temps, un des manifestants qui nous connaissait nous a laisser passer. Au final, seulement vingt minutes de retard.

 

 

Les préparatifs à la bonne organisation de la cérémonie étaient en cours et les familles nous attendaient.

 

Pour les Hindous, c’est un moment important : offrandes, purification par le feu et par l’encens.

Encore un moment émouvant en voyant cette famille faire en sorte que tout se passe bien pour apporter la joie sur leur future maison.

 

Pour les Catholiques, si la pose de la première pierre revêt un aspect moins important, c’est toujours un accueil chaleureux qui nous est réservé.

Une fois la maison terminée elle sera bénie.

 

      

1) Disposition des offrandes   -   2) Recueillement   -   3) Pose de la première pierre

 

 

Suivi des chantiers : nous en avons profité pour voir l’avancée des travaux de la première maison. En ce jour de grève, personne ne travaillait.

 

  

1) & 2) Vues des fondations en cours de futures maisons

 

Cette après-midi, rencontre avec une délégation française organisée par la Région Ile de France en mission d’exploration. Se trouvait parmi eux une de nos interlocutrice du Conseil Général du Val de Marne (Financeur de notre projet).

 

Nous projetons demain de visiter différents sites et notamment ceux de nos actions.

 

 

06 juillet

 

Nilaveli

 

Les familles présélectionnées ont enfin réunis tous leurs documents.

Dernière visite avec le constructeur pour déterminer une date et une heure convenable avec les propriétaires pour la pose de la première pierre.

« L’arrivée de cette nouvelle maison est un cadeau du ciel » nous disent ils.

 

La cérémonie est donc fixée le 8 juillet à 10 heures.

 

Ce choix était plus important pour une des familles de confession Hindou. Pour une autre famille de confession Catholique la date importait peu, le plus tôt étant le mieux.

 

Beaucoup de remerciements, avec des larmes dans les yeux, de la part de ces personnes qui ont patienté durant plus de 6 mois.

 

 

  

1) Famille Hindou   -   2) Famille Catholique

 

 

Sur le chemin de retour vers Trincomalee, comme convenu la veille, nous nous sommes arrêtés dans un camp temporaire.

Alain avait déjà pris contact avec un des responsables de ce camp (voir dernières nouvelles du 11 d’avril).

C’est un camp assez important, regroupant plus de 200 personnes, et bien pris en charge par divers ONG.

Le responsable du lieu,  Anvéa,  nous connaît bien et connaît la taille de notre association. Nous lui avons demandé d’établir une liste des enfants avec leurs âges et leurs pointures.

Le partenariat avec la Croix Rouge nous permet d’acheter des chaussures d’écoles. Nous souhaitons aussi, avec l’accord du responsable, acheter des jeux aux enfants qui restent oisifs la majorité du temps dans le camp.

 

 

 

05 juillet

 

Grand jour pour ATAV et toute son équipe qui attendait ce moment depuis plusieurs mois !

 

La pose de la première pierre est importante.

Elle a été organisé par le propriétaire selon les rites de sa religion.

Etaient cordialement invités tous les acteurs de la réalisation concrète du projet de reconstruction.

 

Une cérémonie pleine d’émotion, qui rend heureuse une famille désorientée depuis ce drame du 26 décembre 2004.

Cet acte concrétise ainsi plus de 6 mois de travail acharné pour toute l’équipe d’ATAV.

 

      

1) Préparation du sol   -   2) & 3) Pose de la première pierre

 

 

03 juillet

 

Construction des maisons

 

Le travail avec notre contact le Lieutenant Commandant  Jayantha Gamare Officier en charge des Relations Publiques a porté ses fruits. Il est détaché par le Commandant Serasinghe de la base navale de Nilaveli. Il est un partenaire précieux pour nous aider à mener à bien notre action de reconstruction.

 

La première famille sélectionnée va pouvoir poser la première pierre le 5 juillet : c’est avec les larmes aux yeux que le propriétaire a accueilli la nouvelle.

Depuis le tsunami, il résidait dans une cabane en tôle ondulée au sein de sa famille élargie.

 

 

  

1) Première famille sélectionnée   -   2) Un homme heureux

 

 

 

02 juillet

 

Avancées de nos actions  financées par l’Association Talents et Partage sur le Couvent de la Charité et auprès du Père GUNAM

 

ü      Livraison et installation des micros ordinateurs

ü      Livraison des machines à coudre

ü      Début des travaux de réfection du bâtiment pour l’après école.

ü      Distribution de chaussures pour les enfants du couvent

 

 

         

1) Installation des ordinateurs   -   2) Réfection du bâtiment du Père Gunam   -   3) Fabrication des chaises   -   4) Distribution des chaussures aux enfants

 

Mélisande : sa mission touche à sa fin

 

C’est avec émotion que nous avons été les témoins d’une cérémonie d’au revoir à l’attention de Mélisande, organisée par les enfants pris en charge au Couvent de la Charité.

Nous savons qu’elle gardera au fond d’elle un souvenir merveilleux de ces deux mois passés auprès de ces enfants qu’elle a réconfortés et soignés.

Merci aux enfants ! Merci à Sœur Arul Marie RAVEL !

Un très grand merci à MELI !

 

      

1) Cérémonie du départ   -   2) Remise d’un cadeau   -   3) Sœur Arul Marie Ravel danse avec les enfants

 

 

01 juillet

 

DENONCIATION DU « MEMORUNDUM OF UNIT »

 

En accord avec notre conseil d’administration, nous avons dénoncé par courrier le « Memorundum of Unit » signé avec le Gouvernement Sri Lankais le 02 mai dernier.

En effet : nous avions encore attendu le dernier moment, vendredi 24 juin, pour prendre définitivement notre décision ; une nouvelle parcelle de terrain nous avait été présenté sur plan avec l’emplacement des 15 maisons. Connaissant les autorités locales, nous avons souhaité nous rendre sur place, pour nous rendre compte des possibilités d’accès pour entamer les constructions.

Mauvaise surprise : chemin d’environ 1 m 50 entouré de deux terrains clôturés appartenant à des propriétaires privés !

Nous avons donc fait remarqué l’inaccessibilité pour des camions ou engins de déblaiement.

Réponse : « ce n’est pas grave : nous pouvons acheter ces deux terrains »…

 

Connaissant les formalités administratives longues et fastidieuses, et ne voulant pas faire exproprier ces propriétaires, nous avons donc décidé d’abandonner le plan de reconstruction pour des personnes déplacés avec attribution d’un nouveau terrain dans la ville de Trincomalee et ses environs.

 

PLAN ALTERNATIF

 

Notre plan alternatif s’oriente pour la reconstruction de maisons, pour des personnes déplacés dans des camps temporaires, mais qui sont propriétaires d’un terrain, ou pour des familles dont la maison à été détruite loin de la zone d’inconstructibilité (200 m à partir de la plage - périmètre défini pour la zone de Trincomalee).

Nous agirons dans le village de Nilaveli et dans ses proches environs. Par la force des choses nous re-centralisons nos actions.

 

Nous n’avons pas perdu notre temps : le dimanche 26 juin nous avons rencontré des familles correspondantes aux critères énoncés ci dessus.

Les acteurs locaux qui travaillerons avec nous sont : Commander SERASINGHE de la base Navale de Nilaveli, et le Père GUNAM pour la sélection des familles.

Nous avons d’ores et déjà une pré-sélection de 8 familles.

Il est très important, pour ne pas froisser les différentes religions ou ethnies (Musulmans, Hindous, Catholiques), d’agir avec équilibre. Le cas des Bouddhistes ne se posent pas dans le village de Nilaveli car ils ne sont pas présents.

 

Chaque famille doit remplir un questionnaire afin pour nous de mieux cerner leur situation post-tsunami.

Ce travail nous permettra d’analyser avec précision le cas de chaque famille et de proposer non pas uniquement la reconstruction, mais un véritable soutien à la reconstruction de la cellule familiale (aide au redémarrage de l’emploi antérieur ou reconversion - indispensable dans le cas, par exemple, de la perte du chef de famille).

 

Les conditions pour le démarrage de la reconstruction sont strictes.

Nous exigeons des familles : la carte d’identité de chaque membres de plus de 16 ans, la carte de « Victimes du Tsunami », l’acte de propriété du terrain.

Pour des questions pratiques nous avons élaboré une fiche par famille (complétée à l’aide du questionnaire)  pour le suivi humain ainsi que le suivi des opérations de constructions (pose première pierre, état de l’avancement des travaux, etc…).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(RETOUR HAUT DE PAGE)